Bric-à-brac

mercredi 17 mai 2023
par  Paul Jeanzé
popularité : 11%

J’avais un peu d’argent de côté, je dis : « Tiens ! Je vais me faire construire une petite maison… » Je vois un entrepreneur de béton armé. Je lui dis :
—  Ça va me coûter combien ?
—  Quinze briques !
—  Bon, je vais me renseigner…
Je vais voir un copain qui est du bâtiment. Je lui dis :
—  Une brique… combien ça vaut ?…
—  Deux thunes.
Je retourne voir l’entrepreneur de béton armé. Je lui dis :
—  Pour une thune, qu’est-ce que je peux avoir ?
—  Des clous !
Je retourne voir mon copain. Je lui dis :
—  Dis donc, il veut me faire payer les clous !
—  Il n’a pas le droit !
Je refonce voir l’entrepreneur de béton armé…
Je lui dis :
—  Je veux bien payer, mais pas pour des clous !
—  Vous n’êtes pas obligé de payer comptant…
—  Content ou pas content, je suis obligé de payer ?
—  Oui, quinze briques !
—  Bon, je vais me renseigner.
Je retourne voir mon copain qui est du bâtiment. Je lui dis :
—  Peux-tu me prêter quinze briques ?
—  D’accord !
Je refonce voir l’entrepreneur de béton armé… Je lui dis :
—  J’ai les briques, vous pouvez commencer.
—  Bon, sur quel terrain ?
—  Quoi, quel terrain ?
—  Ben ! Il faut un terrain !
—  Je n’en ai pas !
—  Je peux vous en procurer un sur-le-champ…
—  Ça va coûter combien ?
—  Vous l’aurez pour des briques.
—  !… Si je les donne pour le terrain, je ne les aurai plus pour la maison !
—  Ah !… Ce n’est pas du tout cuit !
Je retourne voir mon copain qui est du bâtiment… Je lui dis :
—  Il me manque des briques !
—  Des briques… C’est de l’argile.
—  Et… alors ?
—  Achète de l’argile, et fais tes briques !
—  Avec quoi ?
—  Avec des moules…
Et il m’a expliqué comment faire.
J’ai acheté des moules au marché… Je les ai remplis d’argile… et je les ai mis au four. Quand j’ai vu le résultat… j’ai dit :
—  Bon !… pour les briques, c’est cuit !…
Alors, j’ai pris l’argile, et je suis allé voir l’entrepreneur de béton armé… Je lui dis :
—  Je vous dois quinze briques, voilà l’argile, faites-les vous-même !…
—  Mais… des briques !… c’est de l’argent !
—  On m’a dit que c’était de l’argile !…
—  Oui !… mais en argot, c’est de l’argent !
—  Alors ?… en argot… ça va me coûter combien ?
—  Quinze millions !
—  Bon !… Ben, pour la maison, c’est cuit.
—  Si vous n’avez pas assez de briques, faites-la en bois.
—  … En bois ?… C’est pas du boulot !
—  Non !… C’est du pin.
—  Bon !… Je vais me renseigner.
Je vais voir mon copain qui est du bâtiment. Je lui dis :
—  Un pin, combien ça vaut ?
—  Cinquante-sept francs le kilo… Mais ça va bientôt augmenter.
Je refonce voir l’entrepreneur de béton armé… Je lui dis :
—  Mettez-m’en quelques kilos de côté.
—  Kilos… kilos ?… Mais, en matière de bois, on parle de stères.
—  Ah ! Ben… Si on parle de se taire, ce n’est pas comme ça qu’on s’entendra…
—  C’est qu’il en faut du pin pour faire des planches !… Et le boulot, ça se paye !
—  Le boulot ! Vous m’aviez dit qu’il n’y en avait pas !
—  Il n’y a pas de bouleau, mais il y a du pain sur la planche !
—  Bon alors ! Pour le pin, c’est cuit !
Je retourne voir mon copain qui est du bâtiment… Je lui dis :
—  C’est triste de passer par les autres pour avoir un chez-soi.
—  Il y a une solution… On démolit pas mal en ce moment… achète de vieux matériaux…
—  Ça va me coûter combien ?
—  Une bouchée de pain !
—  Bon ! J’ai compris…
J’ai acheté des tonnes de staff… des stocks de stuc… Et j’ai fait construire une entreprise de démolition…


[ Télécharger l'article au format PDF]

Annonces

Convalescence : les poézies de l’année 2023

Mardi 15 janvier 2024

Quand bien même notre corps aurait besoin d’une petite pause pour quelques réparations sommaires, rien n’empêche notre esprit de continuer à vagabonder : dans le ciel et sur la terre ; dans les montagnes et sur la mer…

Convalescence